Le centre Aïcha Bogoreh

Publié le par Les crucipapoteuses de Montpellier



Il y a quelques semaines, afin de retrouver sa fille, Jacqueline s'est rendue à Djibouti.
Elle m'a adressé, accompagnées d'un commentaire, quelques photos.

"Djibouti est un état d'Afrique Orientale sur l'Océan Indien. La moitié de la population se concentre sur la ville même de Djibouti. C'est un pays aride de 600 000 habitants qui a une situation stratégique à l'entrée de la Mer Rouge.

Depuis bientôt 2 ans, ma fille y vit avec sa famille et l'hiver dernier, j'ai eu le grand plaisir d'y retourner après 25 ans.
J'ai revu avec un immense plaisir le lac Assal situé à 157 mètres au-dessous de niveau de la mer, le lac Abbé et ses cheminées de calcaire, les îles et son fabuleux monde sous-marin.

Lors de mon premier séjour, j'avais eu l'occasion de visiter le Centre Aïcha Bogoreh qui acceuille des enfants (filles surtout) abandonnés.
Ce centre propose différents ateliers dont 1 atelier de broderie. J'avais échangé avec certaines jeunes filles quelques points de croix.
A Papot'croix, notre Présidente a eu l'idée que nous pourrions faire un don à ce centre. Chacune d'entre nous a porté une ou plusieurs échevettes, un ou plusieurs tissus.
Cette année donc, j'ai remis mon précieux colis aux jeunes filles et à leurs monitrices présentes au Centre.
Elles étaient heureuses et nous remercient toutes vivement".




Lac Abbé


Lac Assal


Les Iles



Habitations nomades appelées toukouls


Echanges de technique


Atelier de perles


Fils et tissus offerts.


J'ai rajouté quelques informations aux envois de Jacqueline afin de compléter cet article.

Qui était Aïcha Bogoreh ?

Celle qui incarnait (décédée le 5 Août 2001) la mère de tous les djiboutiens mena une lutte implacable contre l'analphabétisme. L'une de ses oeuvres dans la réduction des inégalités et la lutte pour les enfants orphelins reste le centre de la mère et de l'enfant qui porte actuellement son nom.
Aux côtés de l'ex-Président, son mari, cette femme active et dynamique s'est notamment illustrée par sa modestie naturelle.

Pour l'instant, il est possible de trouver un peu d'artisanat  à Djibouti, principalement des objets tressés à l'aide de feuilles de palmiers.



Peut-être que le passage de Jacqueline donnera l'envie à ces jeunes filles de se lancer dans la broderie et que dans quelques années des boutiques vendront leurs ouvrages.



C'était un reportage pour Voici-Voilà.

Publié dans Carnets de voyages

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

NancyRose 15/04/2008 08:14

voilà une excellente idée....le pays semble superbe et la population bien sympathique....

Les crucipapoteuses de Montpellier 23/04/2008 08:52


Une excellente idée qui sera suivi par d'autres...je l'espère !